Retour aux course / 2e partie

Dans notre deuxième article de retour aux courses, Virginie vous partage quelque petits trucs à vous remettre en tête pour être efficace le jour de la course.

C’est le temps de prendre le départ! Êtes-vous prêts?!

Pour beaucoup, les courses des prochaines semaines seront les premières depuis un an, sinon 2. Disons que c’est assez de temps pour être rouillé. Pas dans le sens mal entraîné, ça on n’est pas inquiet avec la motivation évidente de nos collègues Bartcoaching. Plutôt rouillés dans nos réflexes de course!


Bien que Magog était ma deuxième course de la saison, disons que l’enthousiasme de revoir les amis le matin de la course a été une source de distraction certaine dans la préparation de mon départ. Avoir su que j’arriverais deuxième de mon groupe d’âge à 18 secondes de la première, disons que j’aurais probablement été un peu plus concentrée!


Donc l’idée de cet article c’est de se remettre en tête tous les bons conseils qu’on a entendus plein de fois avant les courses, mais qui sont peut-être rendus un peu loin dans nos mémoires. On ne sait jamais, ce sont peut-être les 18 secondes qui vous feront monter sur le podium!


  1. Éviter de commencer la course en étant déshydraté Ça semble évident, mais c’est l’été et au Québec il peut faire assez chaud merci en pleine canicule. On se déshydrate beaucoup plus qu’on croit à ce moment. Si on ne fait pas attention dès la veille, le matin de la course il est trop tard. Donc mieux vaut visiter les toilettes trop souvent que pas assez avant la course.

  2. Pas de nouveautés le jour de la course Que ce soit de la nutrition ou du matériel, quand on n’a pas fait le test au préalable à l’entraînement, c’est généralement mieux de laisser faire les essais le jour de la course. Être déconcentré par un accessoire qu’on n’a pas l’habitude d’utiliser, un vêtement inconfortable ou un mal de ventre parce que le nouveau gel ne passe pas, c’est des choses dont on peut se passer.

  3. Préparer sa zone de transition avec minutie

Le vélo dans le bon sens, le casque et le dossard prêts à enfiler... trouvez l'erreur sur les souliers de vélo.

Quand on sort de l’eau ou descend du vélo, c’est pas le temps de se faire un pique-nique dans la zone de transition ou de fouiller dans ses affaires avant de repartir pour la prochaine partie du parcours. Une bonne préparation et l’attention aux détails peuvent faire sauver de précieuses secondes.

  1. Placer son vélo dans le bon sens : le guidon face à l’allée de laquelle on va sortir pour ne pas reculer le vélo avant de repartir

  2. Les souliers installés sur les pédales. Même si on ne saute pas sur le vélo en courant, l’installation des souliers avec des élastiques permet de mettre un pied dans la chaussure et de partir en donnant un bon coup de pédale. Attention de mettre le bon pied en avant et de bien ouvrir les chaussures. Perso, j’ai trouvé que c’était assez lent d’essayer de mettre des souliers avec les velcros fermés…

  3. Les chaussettes (si on en met, si on a vraiment besoin d’en mettre, genre pour un 5 km ou même un 10, c’est pas toujours nécessaires!) dans chaque soulier, repliées pour s’enfiler plus facilement. Et les lacets élastiques sur les chaussures, un must.

  4. Le dossard sur une ceinture élastique déjà attachée : juste à mettre les pieds dedans et remonter à la taille.

  5. Plutôt que de prendre/perdre le temps de tout enfiler mes choses de course à ma zone de transition, je mets mes lunettes et un gel dans ma casquette et je mets tout ça sur ma tête, dans ma face et dans mes poches en courant vers la sortie de la transition.

4. Se repérer dans la zone de transition et sur le site avant la course Surtout quand on fait une course pour la première fois, mais même quand on connait un site, ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu de changement depuis la dernière édition.


Donc ce nest pas une liste exhaustive de tout ce qui nous fait perdre du temps, seulement quelques exemples qui me sont arrivés à moi ou à d’autres athlètes durant l’événement (et que vous avez certainement tous vus arriver autour de vous aussi) et sur lesquelles on a le contrôle, contrairement à la température, les compétiteurs et beaucoup d'autres choses qui peuvent survenir pendant une course! Donc un peu de préparation et de concentration peuvent faire une grande différente et si vous voulez encore d’autres conseils pour perdre le moins de secondes possible, prenez le temps de bien lire le guide pré-course BC que votre coach vous partagera avant votre prochain événement! Bonnes courses!

Search By Tags